Le guide des différents types d’acné

Types d'acné

Quels sont les différents types d’acné ?

Bon, ok, on est tous d’accord pour dire que l’acné ce n’est pas cool ! Mais avant de dire “Basta, je n’en veux plus”, il est toujours plus utile de savoir quels types d’acné on a !

Je me souviens d’une anecdote plutôt parlante. Lors d’une discussion, j’en étais arrivé à me plaindre de mon acné et je me suis vu répondre par un ami d’un air étonné : “Mais…, tu n’as pas d’acné !” Il s’agissait bien évidemment d’une réponse de comparaison et d’agacement. En fait, à ce moment j’étais rempli de boutons de type points blancs, points noirs et nodules, tandis que mon ami, lui, se voyait teint de papules avec quelques pustules. On était gênés par notre acné, chacun de son côté, mais il trouvait ça culotté de ma part de me plaindre devant lui, car il trouvait son problème plus sévère. Nous n’avions pas le même type de peau, tout simplement.

Cet exemple est assez caractéristique des problèmes d’acné que l’on peut rencontrer.

Alors voici un guide, un petit tour d’horizon de ce à quoi l’on peut être confronté:

Les types d’acné :

On commence par les types d’acné non inflammatoire.

Les Points blancs :

Types d'acné point blanc. Sous la peau, ce qui donne un aspect granulé !

Déjà, à ne pas confondre avec les pustules bien blanches qu’on verra par la suite. Il s’agit en fait d’une profusion de sébum qui reste enfermée sous la peau à cause de pores fermés. Ils peuvent être très petits et se voir à peine, mais lorsque l’on commence à en avoir plusieurs sur une même zone, apparait alors un aspect granuleux de la peau (longtemps un gros problème chez moi).

Les Points noirs :

Types d'acné point noir. De l'oxydation qui rend le bouton plus visible !

Un peu la même que les blancs, sauf qu’ici le pore est légèrement entre-ouvert et le sébum s’y extrait de manière très lente. Au contact de l’air, l’oxydation fait son effet sur le sébum et l’extrémité devient noire.

Les Filaments sébacés :

Les filaments cébacés. Tout va bien, ce ne sont pas des points noirs !

En fait, il ne s’agit pas ici d’acné réelle. Mais c’est tellement confondu avec les points noirs qu’il est bon d’en parler rapidement. J’en ai pas mal sur le nez et cela m’a souvent gêné. C’est une présence naturelle de pore de la peau sans être réellement des points noirs. Ils peuvent s’oxyder tout comme ces derniers, mais leur couleur est bien moins sombre qu’eux. Une bonne hygiène de vie et les saunas permettent de réduire l’ouverture de ces pores, mais ils resteront présents à vie. Il va falloir faire avec.

Voyons maintenant les cas d’inflammations.

Les Papules:

Les papule, ça commence à rougir !

Des points rouges, de petits ou de larges points rouges (jusqu’à 1 cm) mais souvent peu élevés. La papule est en fait une inflammation d’un pore obstrué. Il se forme donc sur un point blanc ou un point noir. Il n’est pas rempli de pus, mais reste incommodant et peut être douloureux. Comme à chaque fois dans les cas d’inflammation, il est préférable de ne pas le triturer pour éviter qu’il prenne de l’ampleur et pour éviter les cicatrices.

Les Pustules:

Les pustule. A ne pas éclater !

Lui, c’est Le Bouton qu’on ne veut pas voir. Et pourtant on y est tous confrontés un jour ou l’autre. Il ressemble à un volcan et son point culminant est blanc ou jaune, rempli de pus. C’est lui qu’on a tendance à vouloir expulser tout de suite lorsqu’on le voit, mais croyez-moi, il ne faut pas! On me le disait, mais je ne voulais pas l’entendre. En fin de compte, on se retrouve avec une ribambelle de petites cicatrices sur le visage et l’on regrette d’avoir eu ce geste malheureux.

Les Nodules / Kystes:

Et bien quand j’ai eu ce genre de chose, croyez-moi, ça fait bizarre! Il s’agit en fait de gros blocs de pus liquide ou bien d’une concentration solide qui se forme en profondeur sous la peau. Ça se produit généralement lorsqu’il y a rupture de la “poche” sous le pore. Si cette rupture est proche de la peau, alors se présente généralement une papule ou une pustule, mais si cette rupture s’effectue en profondeur, alors le fluide se glisse sous la peau et se forme alors un nodule ou un kyste. C’est d’ailleurs souvent en triturant les papules/pustules qu’on est susceptible de créer un kyste.

Le kyste ou bien nodule. Aïe ! Celui-là est redoutable !


Je me souviens d’un kyste que j’avais sous l’oreille, entre le coup et la joue. Un gros bloc de quatre centimètres de diamètre qu’on pouvait sentir au toucher, mais qui ne voulait pas partir. Ça a duré plusieurs mois jusqu’à ce que je prenne une aiguille pour percer ma peau et tout extraire. La belle bêtise. J’avais extrait seulement la moitié, et je me retrouve maintenant avec une petite cicatrice à cet endroit du visage. Écoutez vos proches quand ils vous disent de ne pas triturer vos boutons !

Si j’avais su traiter tout ça de manière naturelle à l’époque, je l’aurais surement fait, mais je ne savais pas trop comment m’y prendre.

À part les gros traitements médicamenteux (et nocifs pour le corps) et la petite chirurgie de ma dermatologue, je ne savais pas quoi faire d’autre.

Tous ces types d’acné peuvent être classés par ordre de “gravité, de l’acné légère à l’acné sévère, du simple point blanc au kyste douloureux. Mais le plus important est finalement la manière dont on vit son acné, car comme on pourra le voir dans d’autres articles, la gestion mentale ainsi que l’hygiène de vie jouent un rôle important sur notre peau.
Je me suis longtemps défini comme une personne acnéique, un peu comme une fatalité, mais c’est une belle bêtise. Il existe des méthodes ou plutôt une façon de vivre qui permet de résoudre le problème. Et vous verrez que ça nous amène même à nous améliorer en tant que personne.

Et vous, quelle acné avez-vous et comment la vivez-vous ?

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *